Tu fais quoi dans la vie ?

citation-luther-king-reussite

Depuis toujours, on dit que ce qui qualifie l’Homme, c’est ce qu’il fait dans la vie. Plus le métier dans lequel il travaille est valorisant par rapport aux autres, ou permet de gagner beaucoup d’argent, mieux c’est.
N’est-ce pas l’une des premières questions que l’on demande à une personne dont on va faire la connaissance ? « Qu’est-ce que tu fais dans la vie ? » revient toujours.

Pourtant, un métier n’a de véritables valeurs en mon sens que s’il permet à la personne de s’épanouir. Si elle travaille pour faire comme tout le monde, pour être enfin reconnue comme existante dans la société ou encore juste pour amasser un maximum d’argent, tôt ou tard, cela lui reviendra en pleine face (burn-out, dégoût du travail).

travail-qui-compte

Les carriéristes vivent pour leur métier ; ils ont ça dans le sang. Les heures de travail ne leur font pas peur, et en général, le salaire est au rendez-vous. J’admire leur passion, leur dévotion, leur courage, leur abnégation même. Jusqu’à 70h semaine, sans broncher, je dis chapeau. Il y a également les passionnés qui vivent du métier qu’ils ont toujours rêvé de faire et qui leur apporte entière satisfaction. Peu importe s’ils sont bien moins payés !

Les travailleurs « classiques » se situent entre 35 et 40h semaine. Salaire plus ou moins au rendez-vous, en fonction du métier exercé, de l’âge et de l’ancienneté.  La plupart des « classes moyennes » se retrouvent ici. Plus de 20% des ménages moyens ont du mal à joindre les deux bouts. Je suppose que la faute revient aux impôts trop élevés, aux dépenses mal gérées et aux imprévus financiers.

Les semi-travailleurs (comprenez les mi-temps) le font par choix assumé, ou parce que justement ils n’ont pas d’autre choix. Ces dernières personnes sont en grande majorité des femmes. Je fais partie de cette catégorie.

Les travailleurs non reconnus : Ah, une catégorie qui bosse mais qui ne gagne rien (sauf quelques allocations dues). Les mamans et les papas (au foyer ou non), les étudiants, et les chômeurs actifs dans leur recherche d’emploi. Celles qui ont à charge une personne (âgée ou handicapée). J’ajouterai également ceux qui sont sans emploi, mais qui se débrouillent pour vivre (ils cultivent leur terre, font du bénévolat, apprennent d’eux-même des nouvelles langues…).

Je n’aborderai pas ici les personnes qui profitent abusivement du système.

confucius-travail

Je cumule pour ma part 2 emplois, qui me permettent d’atteindre la zone entre le mi-temps (25 h) et le temps plein (35h). Enfin, ça dépend des mois.
Le premier emploi rémunéré : Je suis « Nounou à domicile » . Je n’aime pas les termes « garde d’enfants à domicile », qui pour moi reste très sévère ; je ne suis pas gardien de prisonniers, que diable haha !
C’est un métier que j’exerce depuis 2010 ; j’ai eu beaucoup de chance car j’ai commencé sans expérience – le gros problème du « Pas d’expérience ? Ah, ça va pas le faire… Oui, mais si l’on ne me laisse pas ma chance, je ne suis pas prête d’en avoir ».
Je fais mon travail avec joie et sans jamais m’ennuyer car il s’exprime en plusieurs « type de métiers ».
Je m’explique : Quand on est nounou, on exerce plusieurs fonctions : nounou, amie, confidente, continuité parentale (c’est-à-dire que je respecte l’éducation mis en place par les parents), chef de la maison, chauffeur de taxis, aide-soignante, professeur des écoles et femme de ménage. Mes journées sont bien remplies et je profite également de l’avantage des vacances scolaires car je ne travaille pas durant ces périodes (sauf cas exceptionnel ou indication prévue dans le contrat).
J’ai même constaté que j’ai une plus grande facilité avec les enfants et les ados, qu’avec les adultes. Je communique plus facilement avec les premiers et est très vite à l’aise, par rapport aux seconds.
Les avantages du métier à mes yeux : *Je reste au courant de toutes les nouveautés (jeux-vidéos, technologies, jouets).
*Je perfectionne mes acquis scolaires, apprends les nouvelles techniques d’apprentissage et partage mon propre savoir.
*J’apprends à m’adapter aux enfants, à l’éducation qu’ils reçoivent de leurs parents, tout en apportant mon expérience quand c’est nécessaire.
Un exemple : un enfant déprimait mais ne voulait pas dire pourquoi à ses parents. J’ai alors pris le relais et ai finalement démêlé le nœud. J’en suis très fière car aujourd’hui, il est épanoui et à plus confiance en lui !
*Mes horaires sont piles entre les heures de pointes ; je galère donc rarement sur les routes, un gros soulagement quand on vit près d’une métropole !
*J’ai donc les vacances scolaires pour me reposer !
Les inconvénients : Il faut prévoir ses revenus sur l’année, pour éviter les mauvaises surprises. N’étant pas payée durant chaque période de vacances scolaires, et mes congés payés étant inclus dans chaque salaire mensuel, il faut d’un côté palier au contre-coup des « salaires légers », et mettre de côté l’argent des c.p.
*J’ai des CDI éphémères. C’est-à-dire que je signe pour une moyenne de 5 ans, même si officiellement, il n’y a pas de date de fin de contrat. Lorsque les enfants sont suffisamment grands pour se prendre en charge, la nounou n’est alors plus indispensable. Il faut donc prévoir régulièrement un nouveau poste.
*Mon temps de travail peut être réduit dans les années à venir. Avec un avenant au contrat, bien évidemment. Mais il arrive souvent que je perde des heures lorsque les enfants sont plus grands. Notamment s’ils vivent près de l’école ; vers 10 ans, ils demandent à y aller seuls (avec leur vélo ou à pied). Je perds alors les matinées et parfois le soir après l’école. Dans ce cas de figure, j’anticipe en cherchant un nouveau contrat, en respectant la loi sur les préavis et tout et tout.

Je crois, avec le recul, que je fais partie de ces « chanceux » qui n’ont pas cette impression de travailler, quand j’exerce mon métier, car il est exceptionnellement rare que j’en sois lasse. En tout cas jusqu’à présent. Par contre, je sais également que je ne l’exercerai pas toute ma vie. Je ne me vois pas faire de la route, travailler tôt et tard dans la journée à 40 ou 50 ans. Je verrai vers quoi la vie me mènera !

Le second emploi rémunéré : Celui-ci est exercé à titre exceptionnel, car je me suis jurée de ne plus le faire du tout (trop de mauvais souvenirs). J’interviens chez mes grands-parents en tant qu’aide à domicile (femme de ménage quoi), c’est pour cela que c’est exceptionnel. Par mon action, je leur évite cette contrainte difficile à faire quand on entre dans la vieillesse. C’est une chose en moins qu’ils ont à faire chez eux. Je leur tiens compagnie pendant ce temps-là et ils sont généreux niveau salaire. Je passe donc un moment agréable à tous les niveaux.

Mes emplois non-rémunérés : 1) Maman. Haha il fallait bien le placer celui-là. C’est un travail à temps plein et à vie ! Même lorsque votre enfant est adulte. Certes vos obligations sont allégées, mais il restera toujours votre bébé et vous devrez toujours être là pour lui.
Une maman éduque son enfant, du mieux qu’elle peut ; elle s’occupe de l’entretien de la maison (avec ou sans le coup de main de Papa) ; elle gère souvent les paperasses réelles ou virtuelles, les coups de fils importants et les prises de rendez-vous ; elle prépare la plupart des repas ou indique ce qu’il faut préparer ; elles s’occupe des courses en tout genre. Et je pense oublier quelques trucs.

2) Blogueuse. Je le fais surtout pour le plaisir, mais j’essaie quand même de le développer au mieux. Il faut donc du temps pour préparer les articles et les publier, interagir avec les lectrices et les lecteurs. J’aimerai pouvoir y consacrer plus de temps, mais quand vous additionnez les trois autres métiers du dessus, ce n’est pas vraiment possible !

Publicités

6 réflexions sur “Tu fais quoi dans la vie ?

  1. Sympa comme tout cet article, j’ai pas mal hésité à choisir ce thème pour le challenge.
    Pour ma part je suis comportementaliste canin, créatrice d’accessoires (canins) et je viens de signer pour un job de VDI qui pourra compléter un peu mes revenus et me permettre de m’épanouir dans un domaine complètement différent.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s