Ce que je ne vous ai pas dit…

chuuuuut !.jpg

Depuis plusieurs semaines, il y a quelques petites infos mensuelles que j’omets volontairement de citer, car il me fallait attendre de savoir si tout irait bien.

Il faut attendre au moins le 3ème mois et la 1ère écho pour déjà éloigner un maximum de risque concernant une grossesse.

La mienne ayant commencé de manière particulière, j’avais d’autant plus de raisons de patienter !

Je suis enceinte ! Un deuxième bébé est en route.
Début septembre, après 3 jours de retard, je me suis dit : « Moi qui n’ai jamais de retard, au pire de l’avance, je me demande si « quelqu’un » n’est pas en train de faire son nid ». Je vais donc le lendemain acheter un test de grossesse. Le blabla habituel, qui conseille le pipi du matin au réveil. Cela m’a bien faire rire car dans mon cas, si je suis enceinte, peu importe le moment de la journée, l’hormone HCG sera détectable de suite. Ce fut le cas avec un mini-pipi de 11h du mat !

Pourquoi est-elle particulière ?

  1. Nous n’avions pas pensé que ça arriverait si vite : Comme nous avions convenu avec Papa Crapaud, un deuxième enfant avant mes 35 ans, sinon rien. En fait, nous nous étions même dit que d’ici 2019, on le mettrait surement en route. Et personnellement, cela m’arrangeait parce que financièrement, même si nous sommes biens, je souhaitais mettre de l’argent de côté pour être à l’aise voire même prévoir un petit voyage pendant l’été 2018.
    D’ailleurs, pour reculer l’échéance, à 2 reprises ces 6 derniers mois, j’ai pris la « pilule d’urgence ». En mai et en août. Oui, vous avez bien lu. Le mois où ma grossesse a commencé. En fait la pilule d’urgence n’est fiable qu’à 50%. N’importe quoi me direz-vous ? SIIIIII ! En fait, cette pilule retarde l’ovulation. Mais si l’ovulation a déjà eu lieu ou est en cours, c’est trop tard ! Elle ne sert à rien (et accessoirement est sans danger pour l’embryon). C’est donc ce qui s’est passé.
  2. Elle est différente de ma 1ère grossesse. Normal me direz-vous. Oui, sauf qu’elle va peut-être être plus délicate que ma 1ère !
    – Tout d’abord, j’ai eu des nausées dès la veille du test – et en ai toujours à l’heure où je vous écris – et ce à n’importe quel moment de la journée ! Plus ou moins fortes et terribles à gérer dans le deuxième cas.
    Papa Crapaud insiste pour que je vomisse dans les toilettes et pas dans le lavabo. Je lui ai rétorqué que je faisais au plus près dans l’urgence et que la prochaine fois, je lui vomirai dessus, comme ça, il ne cherchera plus à me « conseiller » !
    – J’ai déjà des « envies de femme enceinte » alors que je n’en ai eu aucune à ma 1ère grossesse. On a bien ri avec Papa Crapaud quand dimanche à 15h, j’ai réclamé des 3D au bacon. On n’en avait évidemment pas.
    Par contre, mes envies de fraises Tagada se sont retournées contre moi : j’ai tout revomi argh ! Durant ma 1ère grossesse, 3 choses m’ont faites vomir : le thon à la tomate, alors que j’en mange depuis toute petite ; mon pot au feu maison ; et les vitamines de grossesse !
    – J’ai eu des saignements à 1 mois et demi. Tous les soirs pendant 3 soirs puis en journée dès le 4ème jour pendant plusieurs jours. Je me suis donc rendue aux urgences pour être « fixée » : fausse couche en route ? Non, un hématome utérin qui, d’après le gynéco, se résorbera tout seul, mais à surveiller quand même. On constate cependant que le petit cœur de l’embryon clignote déjà à l’écran.
    Résultat : 15 jours d’arrêt. Heureusement, j’avais déjà prévenu mon patron de mon début de grossesse et de ses saignements peu rassurants.
    – Je suis déjà très émotive. Trop même. Je pleure dès que je vois quelque chose d’émouvant, c’est terrible lol
  3. Nous ne l’avons annoncé qu’après le 2ème mois. Contrairement à ma 1ère où nous avions prévenu la terre entière deux jours après le test positif lol
    J’ai fait jurer à Papa Crapaud de ne rien dire pour justement l’annoncer officiellement et en faire un jolie surprise ! Oui car de nous deux, c’est bien Papa Crapaud la plus pipelette lol
    Bon en fait, il y a quand même deux personnes qui l’ont su sans qu’on puisse faire autrement : mon patron – je suis nounou, c’est pour moi normal de prévenir rapidement pour qu’il cherche à me remplacer durant mes congés maternité car cela peut prendre parfois plusieurs mois avant de trouver – et la nounou de Petite Rainette, car elle a dû garder cette dernière quand j’ai dû me rendre aux urgences !
  4. J’ai chopé la crève pendant ma période de saignement. Éternuer et tousser, rien de tel avec un hématome interne !

De ce fait, j’ai retiré de la vente tous les jouets premier âge et tout ce qui tourne autour de bébé (poussette, balancelle…).
Bon, le seul truc qui me fera pester malgré tout : Si c’est une fille, je serai quelque peu désappointée. Pas parce que cette fois, je veux absolument un garçon, mais parce que j’ai vendu l’intégralité des vêtements fille de 0 à 3 ans. Le genre d’économie non négligeable. Mais voilà, jamais nous n’aurions pensé que Papa Crapaud taperait dans le mille aussi vite lol

Sinon je pense devoir imposer une ou deux choses à mon entourage. Comme ils ont l’habitude de gâter Petite Rainette, de deux chose l’une : soit ils font pareil pour le (ou la) deuxième car j’estime que le deuxième doit être également choyé que le 1er, soit ils font exactement ce que je demande depuis la naissance de Petite Rainette. N’offrez que ce que je liste et pas tout ce qui vous passe par la tête ! Un chèque est souvent bien plus utile que 10 jouets encombrants et bruyants, qui prennent de la place et qui, au grand dam (et j’en ai rien à foutre, je le dis franchement) de mon entourage justement, sera mis en vente dans l’année par mes soins si je constate qu’il prend plus la poussière qu’autre chose. Quand un enfant a trop de jouets, il ne sait plus où donner de la tête !

A part cela, les urgences m’ont permis de rencontrer le gynécologue obstétricien qui me suivra durant ma grossesse. Il était de garde et j’ai immédiatement eu un coup de cœur : drôle et sérieux à la fois. Même Papa Crapaud a approuvé mon choix !  Il m’a rappelé mon médecin de famille quand j’étais petite. Quand je l’ai revu le lendemain pour mon arrêt, mon choix s’est définitivement établi. « Si je vous prends pour le suivi, mais que j’accouche ailleurs (ma mutuelle est vraiment à l’ouest avec ses établissements conventionnés ou non), est-ce que je peux vous choisir quand même ?
Bah si vous n’avez pas le choix, soit, mais j’avoue que je serai déçu de ne pas être là le jour J ! ».
Preuve pour moi que ce monsieur aime son métier jusqu’au bout du placenta des doigts !

A côté, des changements sont à prévoir, et le plus tôt sera le mieux. Tout d’abord, un logement plus grand !
Ensuite, une seconde voiture !
On ne va pas s’ennuyer dans les mois à venir !

Une réflexion sur “Ce que je ne vous ai pas dit…

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s