Quôaaa de beau cette semaine ? #41

Du 27 Février au 12 Mars. 2 semaines pour le prix d’une !

* J’apprécie… 
J’avoue que ces 15 derniers jours, avec tout ce qui nous tombe sur le coin de la tronche, je n’ai pas le souvenir d’avoir apprécié grand chose.

* J’apprécie moins…
– La reprise a été dure, car ma fatigue est revenue d’un coup. Je vais donc envisager quelques mesures simples pour voir si cela change quelque chose : boire plus d’eau, dormir plus, faire moins d’ordinateur ou de console et envisager une activité sportive.
– Petite Rainette malade, j’ai du prendre une journée « enfant malade ».
– Note pour moi-même : Ne plus jamais laisser traîner ma veste en suédine, quand Yuna a ses chaleurs. Elle a fait pipi dessus à cause de la matière qui ne la laissait pas indifférente. Fait ch*er…
– Seconde note pour moi-même : Ne plus manger de poulet le soir, surtout quand on mange après 20h30. On a pu constater par nous-même que sa digestion est difficile, et devient donc laborieuse pour nous. Où comment dormir à peine 5h durant la nuit…
– Un week-end chaotique, entre Petite Rainette qui pleure la nuit toutes les deux heures à cause de son angine ; qui tombe tête la première du haut de son lit de bébé ; annulation du repas du dimanche midi en famille de ce fait ; achat urgent d’un lit « de grand » pour elle, bien plus bas donc plus de danger en cas de chute ; de ce fait, après 6 mois à galérer pour parvenir à mettre de l’argent de côté pour les grandes vacances, la moitié est partie en fumée… J’en ai ma claque, en sachant que la voiture continue à faire des siennes. Si le peu qu’il nous reste vient à être dépenser pour un imprévu, je ne suis pas sûre qu’on se rendra à Bordeaux cet été ! Parce qu’après, il faudra gérer le contre-coup qui nous tombe toujours sur la tronche en septembre… Quand je disais que l’année 2017 allait être difficile financièrement parlant, je ne me trompais pas !
– Jamais deux sans trois : Petite Rainette enchaîne durant le week-end de la seconde semaine avec une éruption de boutons, qui n’est pas la varicelle. On va voir lundi ce qu’il en est !

lalaland-oops-moonlight

Quand un libraire se moque ingénieusement de la bévue lors des Oscars haha

Le Petit Monde Chemin Faisant – Ceux qui m’ont marqué ces deux dernières semaines.
*Ce monsieur noir, que je vois régulièrement le matin, qui attend que je passe en voiture, pour éviter que je l’éclabousse avec la grosse flaque. Pouvais pas faire un écart avec la voiture venant en face sur l’autre voie.
*Ce scooter qui me suit et semble pressé, que je ne vois finalement plus derrière moi 30 secondes plus tard. Why ? Ah oui, les montées en deux roues, c’est toujours dur haha
*Cette caissière qui se plaint devant l’un de ses collègues que Machin (une autre hôtesse de caisse) : »Fait ch*er, j’ai vraiment besoin qu’on me remplace, pourquoi elle est pas là ?
– Je crois qu’elle a perdu un proche.
– Et il lui faut autant de temps pour s’en remettre. Pff! La vie continue ». Ou comment montrer à quel point la compassion n’existe pas chez cette dame. Honteux.

– Et pour le reste…
Bill Paxton nous a quitté ! Hudson n’aura plus rien à craindre des Aliens !
Une robe de mariée à la symbolique très fleurie !

pirates-des-caraibes-5-salazar
*Nouvelle affiche pour Pirates des Caraïbes, la vengeance de Salazar. Juste parce que j’adore Javier Bardem, qui jouera justement Salazar !
*Une manière innovante de détecter les cancers. 100% efficace !

Un livre : La Première Fois que Je suis Née

la-premiere-fois-que-je-suis-nee

« La première fois que je suis née » est un livre écrit par Vincent Cuvellier et illustré par Charles Dutertre, aux éditions Gallimard Jeunesse Giboulée. Je me suis offerte ce livre en 2015, presque un an après la naissance de Petite Rainette. Comme pour marquer l’événement. Après tout l’anniversaire de la naissance de son enfant est un peu notre anniversaire de naissance de Maman.

Ce livre est vraiment petit et fin donc si vous le commandez par internet, ne soyez pas (trop) déçue par son format. Personnellement, je l’ai trouvé tellement craquant que j’en aurais voulu plus encore !
Son histoire est un concentré de douceur et de tendresse : une petite fille raconte ses premières fois, grandit et ressemble à vous, à moi, à n’importe quelle personne qui avance dans la Vie.
Parce que la Vie sait être belle et triste et drôle et émouvante. Parce que la Vie finit par donner elle-même la Vie.
J’ai été une fille, j’ai grandi en femme et suis devenue Maman. Ce petit bouquin me parle et vous parlera surement. Et si vous êtes comme moi, prévoyez un petit mouchoir pour sécher vos larmes d’émotions. Et puis, si vous avez une fille, si un jour elle a elle-même un enfant, c’est tout à fait le genre d’oeuvre que l’on peut se passer de génération en génération !
– « La première fois que j’ai regardé un miroir, il m’a souri ».

Ce petit livre, je l’ai acheté quand j’étais enceinte, parce que jamais je ne pensais que je le serai un jour. Surtout parce que j’avais perdu l’espoir à cause d’un con.
Ce petit livre, je le lirai à Petite Princesse et à mes autres enfants.
Et si vous aussi, vous aimez lire, vous aimez les douceurs, alors il est fait pour vous.

Le format que j’ai est rectangulaire.
Il existe la même couverture en format carré et une version plus récente. Cette dernière est accompagnée d’un CD audio, qui fait la lecture chantante de l’histoire.

Un tout petit livre très touchant, que je recommande à toutes les mamans, futures mamans et les personnes qui aiment les histoires illustrées adorables.

Blanche Neige et La Grenouille

Salut Ami Humain, aujourd’hui je vais te présenter Blanche Neige, sous forme d’une série de questions/réponses. Vous allez découvrir que notre Princesse semble souffrir d’un dédoublement de personnalité…

Bonjour Blanche-Neige ! Pourrais-tu te présenter rapidement à nos lecteurs ? 
Bonjour à tous ! Je suis l’ancienne Princesse déchue Blanche-Neige, qui a retrouvé son statut depuis le baiser du Prince Charmant. J’ai 17 ans, je vis désormais avec lui dans son château, où je mène une vie paisible et parfois quelque peu ennuyeuse.
Tu l’as dit ! Franchement, je me fais ch*ier comme un rat mort. Heureusement pour moi, l’espérance de vie au Moyen-Age est relativement courte…

Ennuyeuse, vraiment ? Peux-tu nous en dire plus ?
Quand on a passé 16 années à faire la popote et le ménage du levé du jour jusqu’au couché du soleil, la « vie de Princesse » s’avère un peu trop calme à mon goût. Nan mais elle délire là, je suis bien contente de ne plus obéir aux ordres de cette belle-mère odieuse et narcissique. « Miroir, mon beau miroir ». Nan mais cherche pas, t’es moche, l’anti-ride n’existe pas encore, tu l’as dans le baba !
Depuis que je suis arrivée ici, je passe mes journées à faire ma toilette, à essayer des robes et des accessoires, à broder, à jouer de la harpe. Quand même, c’est le pied. Au moins je sens bon, je peux me la péter avec ma nouvelle robe en velours bleu. Franchement, la robe jaune et bleue, ça craint. Et ce serre-tête me donne de ces migraines !
De temps en temps, je me glisse en cuisine pour préparer quelques tartes aux fruits. Bon j’avoue, j’ai toujours la dalle. Après 16 années de diète, à moi la boustifaille à volonté ! Malheureusement, les marmitons ne sont pas ravis de me voir faire leur travail. « Ce n’est pas digne d’une Princesse, vous allez vous salir et l’on finira par nous faire tâter du bâton si l’on vous laisse faire ». De quoi que tu me parles toi ? Je veux manger, je vois pas où est le problème ! Le truc, c’est que si tu dis que t’as faim en dehors des repas, t’as le préposé aux réserves qui gueulent comme un goret furax qu’on risque la famine hivernale si je fais ça. Mec, pour une tartine, tu vas pas dire !
Régulièrement, je me surprends à faire le lit et à nettoyer ma chambre. N’importe quoi ! Ma femme de chambre s’indigne et me supplie d’arrêter cela. T’inquiète, dès qu’elle déconnecte, je me jette dedans et le retourne dans tous les sens. Et je recommence dès que la femme de chambre a fini, comme ça, elle se plaint moins la prochaine fois qu’elle me voit le refaire. (Soupir) C’est tellement difficile de ne rien faire ! Looseuse !
Sinon je fais le tour du château et de ses jardins, en me demandant ce que fait mon bien-aimé. Je profite du beau temps et de ma liberté ! Libérééééeee, Délivréééeee !

Tu ne regrettes quand même pas ta vie d’avant ? Tu sais que toutes les femmes de ce royaume rêveraient d’être à ta place ?
(Soupir). Non, enfin, je suis ravie de ne plus être aux ordres de la reine ma belle-mère.  Et je ne souhaiterai pour rien au monde revivre cela. Elle risque plus de nous donner des ordres, là où elle est. Mais j’aimerai qu’on me laisse faire quelques petites choses… Ouais comme se promener en forêt, faire trempette dans la rivière…
Tu sais qu’en plus l’on m’a conseillé de ne plus jamais faire appel aux animaux pour m’aider ? C’est trop injuste ! Et je ne parle pas des nains…

illustration-fanart-chat-grognon-08

Pourquoi pas les animaux ? Et que se passe-t-il avec les nains ?
Il semblerait que leur parler et « invoquer » l’aide des animaux risquerait de m’amener au bûcher. Mouhaha ! Que ce serait preuve de sorcellerie, tout ça. Nan mais en fait, il me reste toujours un ou deux champignons hallucinogènes dans mes poches. Ma femme de chambre s’est signée, effrayée de constater que je discutais avec la souris qui m’avait ramené la boucle d’oreille ayant roulé sous un meuble trop lourd à déplacer. Les boucles étaient toujours à mes oreilles, mon autre moi parlait juste à un cadavre de souris ayant tenté de prendre le bout de fromage dans la tapette. Tu m’étonnes que l’autre a flippé ! Je ne vois pas ce qu’il y a de mal à demander un coup de pattes huhu. L’on m’a même obligé à me confesser auprès du prêtre, lorsqu’on m’a surpris à danser avec un hibou – c’est ma copine Aurore qui m’a dit que c’était amusant. Haha je lui ai refait la scène de l’exorciste, avec la tête à 360 et le « Ta mère s*ce des… Vous connaissez la suite. Rhoo il s’est signé jusqu’à plus soif le pauvre. J’ai beau dire que je ne fais rien de mal, l’on me regarde toujours avec des yeux inquiets ou courroucés. Tu m’étonnes, il s’est fait dessus l’curé !
Pour ce qui est des nains, je ne peux plus les voir sans mon bien-aimé. Quel mêle-tout celui-là. « Une Princesse digne de ce nom ne devrait pas être si proche d’hommes, qui plus est de si petite vertue (elle est drôle celle-là huhu) ». Au moins eux m’offraient des diamants sans que je le demande ! C’est pas de leur faute, si ce sont des nains. Et ils m’ont quand même aidé et protégé. Et moi, j’ai rien trouvé de mieux à faire que de jouer les femmes de ménage pour les remercier. Comme si j’en avais pas assez fait ces 16 dernières années ! J’ai une dette éternelle envers eux. Ou pas. Mais voilà, paraît-il que ce n’est pas conforme à l’étiquette de s’entourer d’autant d’hommes. J’ai même entendu qu’on parlait de « protéger ma vertue ». Comme quoi, 7 hommes et une femme, ça donnait beaucoup de possibilité. J’ai pas trop compris ce que ça voulait dire. Moi j’ai compris niark-niark. Blanche-Fesse et les sept mains, ça te parle ?

Et comment ça se passe avec ton bien-aimé ? 
Ma foi, je dirai bien. Bof ! En fait, je ne le vois pas autant que je le voudrai. Il est très occupé par ses fonctions royales : il gouverne ses sujets, établit les lois, anoblit des chevaliers. Il s’entoure aussi de conseillers quand il s’agit de conquête de territoires. Franchement, quel boulet ! Même lorsque je déploie toutes mes armes de séductions (et hop, on se penche fort vers son visage, et hop un levé de gambette qui fait remonter la jupe très haut), il dit qu’on devrait attendre jusqu’au mariage. J’ai failli rester ad vitam aeternam dans un sarcophage de verre et l’autre, il veut jouer les prudes. Il me roule une pelle pour me sortir de mon sommeil empoisonné, et il s’étonne que je lui saute dessus à la moindre occasion.
Je respecte cela, il fait ce qu’il doit. Mais je me languis de son absence et suis loin d’être rassurée lorsqu’il se rend sur les champs de batailles. Les hommes et leur guéguerre, ça me dépasse. Au lieu de se battre à l’épée, ça serait bien mieux si c’était moi qui jouait avec la sienne. Huhu. Je vais m’habiller en combattant ennemi, ça le fera ptète réagir haha !
Mais en Princesse digne de ce nom, j’attends patiemment qu’il vienne me voir, et je suis comblée lorsque je passe ne serait-ce qu’une heure avec lui. Qu’est-ce qui faut pas entendre… 

Et comment vois-tu ton avenir ? 
D’ici un an, je serai mariée officiellement à mon prince charmant. Ou pas, si l’autre gugusse se fait trucider lors d’un combat, on n’aura même pas eu le temps d’avoir la bague au doigt qu’on sera déjà veuve. Et pucelle de surcroît ! Et je sens que cette nunuche dira un truc du genre « C’était mon seul véritable amour, je ne pourrais jamais en aimer un autre. Je me retire donc au couvent nianiania et là, je peux vous dire que je vais pas la faire soft !
J’espère qu’ensuite nous aurons plusieurs enfants et que nous coulerons des jours heureux. Imagine au lit, il est nul. On aura le droit de le remettre sur le marché ? Nan, tu penses. A votre époque, on dit qu’un mec qui a une grosse voiture, c’est pour compenser vous savez quoi. Ben de ce que j’ai vu, c’est bien notre futur mari qui a la plus grande épée. Misère ! 

Un dernier mot pour nos lecteurs ?
Croyez en l’amour, il vaincra toujours !
C’est MOI la plus belle du pays, Bitch !

Notes de La Grenouille : Pour celles et ceux qui se poseraient la question, « Prince Charmant » a bien un prénom. Après quelques recherches, il s’avère qu’il s’appelle Floriant, et il semblerait que non seulement Blanche-Neige elle-même n’était pas au courant, et qu’à aucun moment, il n’a pensé à le lui dire. On peut dire que ces deux têtes de linottes sont faites pour s’entendre... Et moi dans tout ça, je tiens la chandelle… Y’a pas une pomme quelque part ?

Ema Chambolle bn.jpg

Dessin d’Ema Chambolle

Quôaaa de beau cette semaine ? #40

oiseau-fleur-japon

Œil Blanc – Japon

Du 20 au 26 Février.

Je tenais à remercier celles (et ceux ? ) qui ont visité mon blog et partagent avec moi leurs pensées. C’est très réjouissant et très motivant pour continuer à faire des bons articles. 

* J’apprécie…
– Les croissants surgelés Auchan : ils sont le parfait intermédiaire entre les croissants tout prêts, vendus dans des boîtes en plastique par dizaines et ceux vendus à l’unité chez un boulanger-pâtissier. Les premiers sont peu savoureux mais pas chers ; les seconds plus ou moins savoureux en fonction de l’artisan, et parfois onéreux.
En 20 minutes au four, vous pourrez déguster des croissants tout chauds, croustillants et suffisamment savoureux. Les petits pains sont sympa aussi, mais je préfère le goût des croissants.

*J’apprécie moins…
– Ne parvenant plus à supporter mes démangeaisons, et mon prochain RV gynéco étant encore bien loin, je suis allée voir mon médecin traitant. Rien de grave, et soignable rapidement avec ce qu’il m’a donné. A surveiller car si cela revient avec l’utilisation de ma coupe menstruelle, c’est qu’elle en sera responsable !

donor-organ

En Belgique, Pologne, Portugal et France, tout le monde est automatiquement un donneur d’organe, à moins qu’il refuse préalablement ! Vous le saviez-vous ?

Le Petit Monde Chemin Faisant – Ceux qui m’ont marqué cette semaine.
*Ce monsieur à la Poste, qui prend aux machines plus d’une centaine d’étiquettes autocollantes (celles qui remplacent le timbre). Il a donc investi les 2 machines disponibles, proposant aux gens arrivant à sa suite de se servir s’ils avaient juste besoin d’une étiquette à tarif basique.
*Ce chat noir au milieu de la route, qui se roulait et se frottait par terre (surement une femelle en chaleur). Elle n’a bougé qu’au tout dernier moment, pile à l’instant où j’allais appuyer sur le klaxon !

– Et pour le reste…
*Une attraction qui vous fait « basculer » dans le vide, ça vous tente ? Je pense que mon cœur battrait la chamade, à la fois d’émerveillement et de peur !
*Un site anglophone propose de comparer certaines statistiques de vie entre deux pays. Fun !
*Objectif atteint : nous sommes parvenus, avec 4 mois d’avance, à mettre l’argent pour Bordeaux de côté ! Génial, on a assuré. Mais on relâche rien, on continuera de mettre encore un peu chaque mois d’ici là.
*J’ai fait beaucoup d’articles durant mes vacances. La reprise étant lundi, ce sera plus espacé (jusqu’aux prochaines vacances !).
*Voici un article très intéressant pour en savoir plus sur Pinterest !
* En Suède, on peut trouver des bâtiments pour les souris ! C’est adorable, on a l’impression de vivre un conte d’Hayao Miyazaki !

Tu fais quoi dans la vie ?

citation-luther-king-reussite

Depuis toujours, on dit que ce qui qualifie l’Homme, c’est ce qu’il fait dans la vie. Plus le métier dans lequel il travaille est valorisant par rapport aux autres, ou permet de gagner beaucoup d’argent, mieux c’est.
N’est-ce pas l’une des premières questions que l’on demande à une personne dont on va faire la connaissance ? « Qu’est-ce que tu fais dans la vie ? » revient toujours.

Pourtant, un métier n’a de véritables valeurs en mon sens que s’il permet à la personne de s’épanouir. Si elle travaille pour faire comme tout le monde, pour être enfin reconnue comme existante dans la société ou encore juste pour amasser un maximum d’argent, tôt ou tard, cela lui reviendra en pleine face (burn-out, dégoût du travail).

travail-qui-compte

Les carriéristes vivent pour leur métier ; ils ont ça dans le sang. Les heures de travail ne leur font pas peur, et en général, le salaire est au rendez-vous. J’admire leur passion, leur dévotion, leur courage, leur abnégation même. Jusqu’à 70h semaine, sans broncher, je dis chapeau. Il y a également les passionnés qui vivent du métier qu’ils ont toujours rêvé de faire et qui leur apporte entière satisfaction. Peu importe s’ils sont bien moins payés !

Les travailleurs « classiques » se situent entre 35 et 40h semaine. Salaire plus ou moins au rendez-vous, en fonction du métier exercé, de l’âge et de l’ancienneté.  La plupart des « classes moyennes » se retrouvent ici. Plus de 20% des ménages moyens ont du mal à joindre les deux bouts. Je suppose que la faute revient aux impôts trop élevés, aux dépenses mal gérées et aux imprévus financiers.

Les semi-travailleurs (comprenez les mi-temps) le font par choix assumé, ou parce que justement ils n’ont pas d’autre choix. Ces dernières personnes sont en grande majorité des femmes. Je fais partie de cette catégorie.

Les travailleurs non reconnus : Ah, une catégorie qui bosse mais qui ne gagne rien (sauf quelques allocations dues). Les mamans et les papas (au foyer ou non), les étudiants, et les chômeurs actifs dans leur recherche d’emploi. Celles qui ont à charge une personne (âgée ou handicapée). J’ajouterai également ceux qui sont sans emploi, mais qui se débrouillent pour vivre (ils cultivent leur terre, font du bénévolat, apprennent d’eux-même des nouvelles langues…).

Je n’aborderai pas ici les personnes qui profitent abusivement du système.

confucius-travail

Je cumule pour ma part 2 emplois, qui me permettent d’atteindre la zone entre le mi-temps (25 h) et le temps plein (35h). Enfin, ça dépend des mois.
Le premier emploi rémunéré : Je suis « Nounou à domicile » . Je n’aime pas les termes « garde d’enfants à domicile », qui pour moi reste très sévère ; je ne suis pas gardien de prisonniers, que diable haha !
C’est un métier que j’exerce depuis 2010 ; j’ai eu beaucoup de chance car j’ai commencé sans expérience – le gros problème du « Pas d’expérience ? Ah, ça va pas le faire… Oui, mais si l’on ne me laisse pas ma chance, je ne suis pas prête d’en avoir ».
Je fais mon travail avec joie et sans jamais m’ennuyer car il s’exprime en plusieurs « type de métiers ».
Je m’explique : Quand on est nounou, on exerce plusieurs fonctions : nounou, amie, confidente, continuité parentale (c’est-à-dire que je respecte l’éducation mis en place par les parents), chef de la maison, chauffeur de taxis, aide-soignante, professeur des écoles et femme de ménage. Mes journées sont bien remplies et je profite également de l’avantage des vacances scolaires car je ne travaille pas durant ces périodes (sauf cas exceptionnel ou indication prévue dans le contrat).
J’ai même constaté que j’ai une plus grande facilité avec les enfants et les ados, qu’avec les adultes. Je communique plus facilement avec les premiers et est très vite à l’aise, par rapport aux seconds.
Les avantages du métier à mes yeux : *Je reste au courant de toutes les nouveautés (jeux-vidéos, technologies, jouets).
*Je perfectionne mes acquis scolaires, apprends les nouvelles techniques d’apprentissage et partage mon propre savoir.
*J’apprends à m’adapter aux enfants, à l’éducation qu’ils reçoivent de leurs parents, tout en apportant mon expérience quand c’est nécessaire.
Un exemple : un enfant déprimait mais ne voulait pas dire pourquoi à ses parents. J’ai alors pris le relais et ai finalement démêlé le nœud. J’en suis très fière car aujourd’hui, il est épanoui et à plus confiance en lui !
*Mes horaires sont piles entre les heures de pointes ; je galère donc rarement sur les routes, un gros soulagement quand on vit près d’une métropole !
*J’ai donc les vacances scolaires pour me reposer !
Les inconvénients : Il faut prévoir ses revenus sur l’année, pour éviter les mauvaises surprises. N’étant pas payée durant chaque période de vacances scolaires, et mes congés payés étant inclus dans chaque salaire mensuel, il faut d’un côté palier au contre-coup des « salaires légers », et mettre de côté l’argent des c.p.
*J’ai des CDI éphémères. C’est-à-dire que je signe pour une moyenne de 5 ans, même si officiellement, il n’y a pas de date de fin de contrat. Lorsque les enfants sont suffisamment grands pour se prendre en charge, la nounou n’est alors plus indispensable. Il faut donc prévoir régulièrement un nouveau poste.
*Mon temps de travail peut être réduit dans les années à venir. Avec un avenant au contrat, bien évidemment. Mais il arrive souvent que je perde des heures lorsque les enfants sont plus grands. Notamment s’ils vivent près de l’école ; vers 10 ans, ils demandent à y aller seuls (avec leur vélo ou à pied). Je perds alors les matinées et parfois le soir après l’école. Dans ce cas de figure, j’anticipe en cherchant un nouveau contrat, en respectant la loi sur les préavis et tout et tout.

Je crois, avec le recul, que je fais partie de ces « chanceux » qui n’ont pas cette impression de travailler, quand j’exerce mon métier, car il est exceptionnellement rare que j’en sois lasse. En tout cas jusqu’à présent. Par contre, je sais également que je ne l’exercerai pas toute ma vie. Je ne me vois pas faire de la route, travailler tôt et tard dans la journée à 40 ou 50 ans. Je verrai vers quoi la vie me mènera !

Le second emploi rémunéré : Celui-ci est exercé à titre exceptionnel, car je me suis jurée de ne plus le faire du tout (trop de mauvais souvenirs). J’interviens chez mes grands-parents en tant qu’aide à domicile (femme de ménage quoi), c’est pour cela que c’est exceptionnel. Par mon action, je leur évite cette contrainte difficile à faire quand on entre dans la vieillesse. C’est une chose en moins qu’ils ont à faire chez eux. Je leur tiens compagnie pendant ce temps-là et ils sont généreux niveau salaire. Je passe donc un moment agréable à tous les niveaux.

Mes emplois non-rémunérés : 1) Maman. Haha il fallait bien le placer celui-là. C’est un travail à temps plein et à vie ! Même lorsque votre enfant est adulte. Certes vos obligations sont allégées, mais il restera toujours votre bébé et vous devrez toujours être là pour lui.
Une maman éduque son enfant, du mieux qu’elle peut ; elle s’occupe de l’entretien de la maison (avec ou sans le coup de main de Papa) ; elle gère souvent les paperasses réelles ou virtuelles, les coups de fils importants et les prises de rendez-vous ; elle prépare la plupart des repas ou indique ce qu’il faut préparer ; elles s’occupe des courses en tout genre. Et je pense oublier quelques trucs.

2) Blogueuse. Je le fais surtout pour le plaisir, mais j’essaie quand même de le développer au mieux. Il faut donc du temps pour préparer les articles et les publier, interagir avec les lectrices et les lecteurs. J’aimerai pouvoir y consacrer plus de temps, mais quand vous additionnez les trois autres métiers du dessus, ce n’est pas vraiment possible !

Briquet Purinnov’ !

evolution-du-briquet

« Le tabac, c’est tabou ! On en viendra tous à bout ».

Et pourtant, arrêter n’est pas aussi facile que cela. Il faut donc penser à d’autres solutions. La cigarette électronique ayant finalement fait chou blanc, Papa Crapaud est revenu à son tabac.

Papa Crapaud fume depuis de nombreuses années, avec une moyenne de 5 cigarettes par jour. Cela fait un budget à prévoir tout au long de l’année (quand on le sait, on n’est pas surpris) ; ici, on a l’avantage de vivre tout près de la Belgique, les prix sont plus abordables qu’en France.
Le tabac et les feuilles sont naturels théoriquement ; les briquets beaucoup moins. Ils sont très souvent offerts à partir d’un certain montant, ou payants. La grande majorité est jetable et il existe également les rechargeables. Cela fait un coup en plus, que ce soit dans le rachat de jetables, ou dans celui de gaz recharge ou d’essence.
Et niveau écologie, on ne peut pas dire que ce soit l’idéal.

Avec les avancées technologiques actuelles, je me suis demandée s’il n’existait pas un briquet écolo. Je suis finalement retombée sur le terme « briquet X ». Non, ce n’est pas du porno, vous faites fausse route haha !
Cela m’a emmené vers le site PureInnov‘, qui propose des briquets rechargeables électriquement parlant.

De marque française, ces fameux « briquets X » fonctionnent comme un mini taser et sont pour le moment proposés en 5 coloris (Noir , Argent , Or , « Night » , « Silver Cube ») et 8 versions. D’après ma lecture, et à condition de respecter les conseils d’utilisation, ce briquet est garantie à vie !

Vendu entre 24.99€ et 49.99€ selon les modèles, cela pourrait faire un cadeau intéressant pour un(e) fumeur(se) régulier(e) ; cela ferait déjà une économie à long terme non négligeable et la Nature vous remerciera pour les déchets en moins 😉

purenight-briquet-arc-electrique-taser-pureinnov

J’ai offert à Papa Crapaud la version « PureNight », couleur Night. Il s’agit en fait d’un effet « pétrole », tendant plus sur le rose et bleu, avec une pointe de vert. Un joli rendu, qui ne passe pas inaperçu et plus facilement repérable à l’œil nu qu’un noir.

Petit plus, il arrive bien installé dans une boîte chic et sobre !

J’aime le style de briquet avec le dessus qui bascule d’un glissage de doigt. C’est classe. Une fois ouvert, il suffit d’appuyer sur le bouton « On » que vous voyez en gris. Un petit grésillement se fait entendre, c’est normal : les deux électrodes envoient leurs rayons qui se touchent, et font ce petit bruit.

Petite sécurité enfant : Tant que le clapet n’est pas ouvert, et que l’on n’appuie pas sur le bouton, il ne fonctionne pas. C’est-à-dire que fermé, les électrodes ne s’allument pas même quand on presse le bouton carré.

Ce briquet promet un nombre d’allumages compris entre 80 et 100, entre chaque recharge qui, elle, prend 1h30, grâce à un port USB universel.

Vous pouvez également vous en servir pour les bougies, les bâtons d’encens, les cigares et cigarillos.

Reçu la semaine dernière, il fonctionne parfaitement. Je ferai une mise à jour d’ici quelques mois pour vous dire ce qu’il en est de ses promesses d’efficacité et de durabilité !

Une chose est sûre, Papa Crapaud l’adore, et il en parle tout autour de lui !

Je – moi – Maman Grenouille

maman-grenouille

Mais qui suis-je ? 
Voici ce que je ne suis pas, déjà, en 10 points ! Haha !

Je ne suis PAS du genre… 
* A détester un mois pour une raison ou une autre. Je connais de nombreuses personnes qui détestent un moment de l’année en particulier, comme une date précise voire un mois entier. Que ce soit à cause d’un décès ou d’une période qui leur rappelle de mauvais souvenirs, ou encore d’une saison trop désagréable (hiver = trop froid ; été = trop chaud…). En ce qui me concerne, j’aurais bien des dates à détester, et pourtant, ce n’est pas le cas. La Vie m’a amené là où j’en suis, et ce que je vis balaie tous ces mauvais moments efficacement. Pourquoi faire d’une date un moment détestable, quand vous avez une vie présente agréable ? Et finalement, vous vivez dans le passé, et pour le présent ou le futur, ça n’apporte pas que du bon !

* A détester les hommes parce que le féminisme extrémiste le fait. Oui j’ai bien dit extrémiste. Car certaines dames et demoiselles vont vraiment trop loin dans leur propos, et se posent finalement en harpie-furie, plus qu’en défenseures des droits de la femme, du respect de sa personne dans son intégralité. Du genre : « Nan mais, qu’est-ce que tu viens me parler quand je suis dans la rue/les transports en commun/ou autres ? Tu sais pas que tu me déranges plus qu’autre chose ?« . Qu’un homme (car oui, on pointe du doigt le mâle dans ce genre de situation) vous dérange pendant votre lecture ou écoute de MP3 ou même dans le fil de vos pensées, je comprends que c’est agaçant. Et si c’est un gros lourd, ça peut vraiment être TRES pénible. Mais qu’il vous demande juste un renseignement, et ne cherche même pas à vous draguer, je range le rejet catégorique de lui répondre dans de l’impolitesse méprisante. J’espère que cette réaction s’applique envers les petits vieux, les petites vieilles, les enfants et les femmes aussi ? Parce que sinon, c’est vraiment de la méchanceté ciblée ! Et je dis ça en tant que femme qui a déjà été lourdement accostée par des mâles, donc ne venez pas me hurler dessus avec vos messages de « femmes libérées ».

* A prêter attention à ce qu’on pense de ma tenue. Je m’assume depuis l’âge de 17 ans ! Depuis que j’ai appris, seule, à m’habiller déjà dans la bonne taille. Jusque là, c’était ma moman qui m’achetait mes fringues – je lui disais juste de quoi j’avais besoin – et toujours, sans le vouloir, une taille au-dessus. Je n’ai pas attendu mes 30 ans pour m’assumer vestimentairement parlant. Suivre la mode et être la copie conforme des copines, c’est pas mon truc ! Je suis « moi » et le resterai jusqu’à la fin de mes jours. Depuis le temps, j’ai appris de mes erreurs dans le choix des couleurs, du type de vêtements, sans jamais demander si j’avais le droit de porter ou non cela à qui que ce soit. J’aime les couleurs, les motifs, les matières chatoyantes. Je fais encore des erreurs car les changements corporels, les effets de mode, les coups de cœur compulsifs nous piègent au détour d’une vitrine, mais c’est ça se construire !

* A aimer les lasagnes. Je déteste cela. Pourtant, j’adore les pâtes ! Que voulez-vous, chacun ses goûts, aussi complexes soient-ils !

vomi-fille-arcenciel

* A aimer les pâtes froides. Et oui, c’est dingue haha. Les pâtes chaudes ayant refroidi, ça va. Mais les salades de pâtes, c’est à vomir !

* A penser comme l’autre PARCE qu’on est en couple ou de la même famille. C’est vrai ça, c’est quoi cette idée préconçue qui dit que PARCE QUE ton homme pense et dit ça, alors c’est obligatoire, tu penses exactement la même chose. Avant d’être un couple, ou du même sang, on est des êtres uniques à part entière, qui vivent, voient, ressentent et pensent les choses d’une façon qui leur est propre !
Je n’ai jamais compris pourquoi les gens pensent qu’on est d’une seule et unique pensée quand on vit sous le même toit. Enfin !

* A aller chez le coiffeur juste pour les pointes. Quand j’y vais, ce qui est relativement espacé depuis une dizaine d’années (genre une fois tous les 2 ans en moyenne), je change radicalement : j’entre brune aux cheveux longs, je ressors blonde au ras des épaules ; une autre fois brune juste en-dessous des épaules, je ressors rousse avec une frange. Et généralement, ça me coûte un bras et une cuisse. Entre deux, je me contente de laisser pousser et de faire des colorations maison.

* A ne pas avoir de chat. J’en ai toujours eu au moins un depuis l’âge de 3 ans. Et je ne me vois pas faire ma vie sans. La dernière en date s’appelle Yuna (comme dans FF-10 oui) et elle est de loin la plus câline, la plus douce et la plus gentille que j’ai jamais eu !

A ne pas aimer les jeux-vidéo. Qui a dit que c’était un « truc de mecs » ? J’ai entendu cela assez longtemps, tout en constatant que dans mon pantalon, il n’y avait pas traces de « service trois pièces » haha !


Je joue aux consoles depuis l’âge de 6 ans. J’avais à l’époque la Ataris. J’ai eu ensuite la Séga Méga Drive, la Game Boy Pocket, la PS1, la PS2, la DS, la PS3, et maintenant la 3DS et la PS4. J’ai joué rarement aux jeux sur PC (j’ai toujours eu du mal avec le combo clavier-souris) mais j’adore les Point ‘N Click. 24 ans de game-attitude, ça ne s’efface pas en un clin d’œil ! Et ce n’est pas parce que je suis dans le « clan des mamans » depuis presque 3 ans que je vais arrêter l’un de mes passe-temps favoris.

* A devenir chef cuisinier.
Alors, je maîtrise quelques plats maison et les basiques (frites, pâtes, riz…). Mais par là, j’entends que je serai incapable de faire un autre plat, car je suis difficile en goût j’ai le palais délicat !

Il y a de nombreux aliments que je n’aime pas ; et comme vous avez pu le constater au-dessus, certaines façons de les servir parfois ! Ou tout simplement leur goût, leur texture en bouche (les moules ou les champignons), le visuel peu ragoutant (les huîtres) ou leur odeur (fromage).
Vous imaginez ? J’aurais la nausée rien qu’à sentir du foie, des endives cuites ou du chou-fleur… « Et aujourd’hui, en plat du jour, la Galette du Chef » Haha ! 
En gros, je devrai servir uniquement des plats que j’aime lol 
Tout cela fait que je ne vais JAMAIS seule dans un nouveau restaurant, qui plus est s’il sert des « plats du pays » (restaurants chinois, japonais, mexicain…). J’y vais accompagnée, je prends un plat basique, et je goûte le plat des autres pour savoir si je pourrais aimer ou pas. 

chef-cuisto-sexy

Je préfère mettre le tablier avec rien en dessous haha ! Papa Crapaud adore ce genre de plat 😄