Quoi de beau en Février 2018 ?

carnaval.jpg

*J’apprécie…
– Le soleil qui dure plusieurs jours. Des jours neigeux qui n’en sont finalement pas. Papa Crapaud a d’ailleurs pu finir plus tôt un vendredi pour routes enneigées… alors qu’il n’y avait rien !
– Quelques petites ventes ce mois-ci ! Et le Lutin des pièces timide mais on s’en contente ^^ Lire la suite

Publicités

Un livre : La papesse Jeanne

la papesse jeanne donna cross

Papesse Jeanne

Donna Cross nous rapporte l’histoire d’une femme incroyable : Jeanne, la seule a être parvenue à devenir Pape sans que personne ne se doute de quoi que ce soit !

Évidemment, cette histoire est une supposition, bien que rapportée par des écrits historiques tangibles, mais non confirmée par la papauté. Au contraire, elle tend à dire qu’il s’agit d’une hérésie. Pourtant les registres sont clairs et rapportent l’existence d’une femme, s’étant travesti en homme et ayant occupé pendant quelques temps le Trône de Pierre.

Au IX Siècle, la manière dont on traitait les femmes, notamment avec l’arrivée du christianisme, ne leur permettaient pas d’être l’égal des hommes. Elles devaient se contenter de se marier, d’enfanter et d’obéir à leur époux. Et être battue par ces derniers était monnaie courante et même vivement conseillé ! Interdiction d’étudier, d’apprendre à lire ou à écrire, à monter à cheval et même de porter les cheveux lâchés !
Jeanne n’a donc eu d’autres choix que de devenir homme pour utiliser son extraordinaire intelligence à bon escient !

Si vous cherchez à retrouver de l’action comme dans les romans de Mireille Calmel, vous risquez d’être déçu : il n’y a pas de descriptions de grandes batailles. Même si Donna Cross a décrit quelques combats à des moments précis, elle n’a par exemple pas pris la peine de conter les ravages des Normands à travers le pays Franc, parvenant jusqu’à Paris ! Normal, puisque le récit tourne autour de Jeanne et de la papauté.

Petite anecdote : Avec l’arrivée des obligations religieuses, les époux n’avaient qu’un centaine de jours par an pour s’aimer. Avoir des relations sexuelles si vous préférez ! Ces dernières étaient interdites déjà avant le mariage, et une fois mariés, le mercredi, vendredi et dimanche ainsi que toutes les périodes et jours religieux (comme le Carème et Noël par exemple) soir 220 jours environs prohibés, sans compter les jours de menstruations.

Une suite de livres : Lady Pirate

Vous l’aurez compris, Mireille Calmel est l’un de mes auteurs préférés. Toutes ses histoires me plaisent, du moins toutes celles que j’ai lu jusqu’à présent.

Lady Pirate, les valets du roi, raconte l’histoire de Mary Oliver Read de son enfance difficile auprès de sa mère Cécily, faisant tout pour que sa fille connaisse un avenir meilleur. Pour y parvenir, celle-ci décide de la travestir pour qu’elle puisse vivre auprès de sa tante fortunée, et ainsi se sortir d’un destin voué au dénuement le plus total.

Malheureusement, les évènements vont l’obliger à fuir, tout en gardant sa véritable identité secrète, pour pouvoir travailler au service d’Emma de Mortefontaine. Une femme influente et très riche qui va lui faire entrevoir la possibilité de décider de son propre destin. L’homme qu’elle est va l’envoyer directement sur un bateau pirate pour finir sur un champ de bataille, où elle va y rencontrer l’homme qui parviendra à la conquérir – durant un temps du moins. Niklaus Olgersen l’épousera et lui donnera même deux enfants. Mais la terrible Emma reviendra pour tout détruire !

Lady Pirate, La parade des ombres, continue avec Mary et son fils, tous deux grandement affectés par la mort de Niklaus – époux pour l’une, et père pour l’autre, ainsi que de la disparition d’Ann Mary. La vengeance étant le maître mot de l’histoire, Mary confie son fils à des amis pirates pour pouvoir se charger de retrouver Emma de Mortefontaine et lui faire payer ses crimes. Cette dernière va confier Ann Mary à un ancien attorney et son épouse, après leur avoir également gâché la vie. Lady Pirate finira par rencontrer le Marquis de Baletti, un homme énigmatique, qui semblerait être plus riche que riche et même immortel…

Le second tome est bien plus fantastique que le second, la quête du trésor aztèque devenant l’un des fils conducteurs de la vie de Mary. Même si ce dernier sera mis en pause durant une bonne partie du tome, pour se consacrer sur la « purification » de l’âme de Mary, il reviendra ensuite pour lui permettre d’arriver à ses fins, et bien plus encore.

Faits historiques et piraterie, Mary Oliver Read a vraiment existé ! Une femme de caractère, qui évoluera dans un monde d’homme, sans pitié, où la loi du plus fort est maîtresse. La mer et le sang entoureront et nourriront cette pirate plus que n’importe quoi, se battant souvent bien mieux que les hommes. Une femme si unique qu’hommes et femmes ne peuvent être que séduits et envoutés par un tel tempérament.

De sa naissance jusqu’à sa mort, Mary Oliver vivra une aventure extraordinaire, surtout pour une femme qui parviendra au nez et à la barbe de tous, à s’imposer comme une pirate à part entière !

Une suite de livres : L’impératrice de la Soie

 

Suivez les aventures de nombreux personnages, tels que Umara, Cinq Défense, Pointe de Lumière, Lune de Jade, l’Empereur Gaozong et son épouse Wuzhao, en passe de devenir la première femme impératrice de Chine !

C’est une trilogie, écrite par José Frèches, se composant de « Le toit du Monde« , « Les Yeux de Bouddha » et de « L’Usurpatrice« . Un voyage d’un bout à l’autre de la Route de la Soie, l’un des plus grandes voies commerçantes reliant les côtés de l’occident à celles de l’orient, où les chrétiens rencontrent les bouddhistes, les manichéens, les nestoriens et d’autres pratiques religieuses plus sombres et plus dangereuses.

J’ai apprécié le fait d’en découvrir un peu plus sur des religions qui n’existent plus à l’heure actuelle, tandis que d’autres sont toujours présentes, et ô combien certaines ont eu et ont toujours tendance à semer plus le chaos que la paix. Que certaines paix justement ne tiennent à pas grand chose, même entre grands chefs religieux, qui, à cause de l’émancipation de leur religion et des besoins exponentiels de leur communauté, se voient dans l’obligation de s’adonner à des activités illicites pour récolter un maximum d’argent.
On constate également que la grande sévérité avec laquelle le gouvernement chinois traite tout aussi bien son peuple que les hauts placés a toujours été et ne semble pas prête de s’arrêter.

Une fois encore, c’est le genre d’histoire que j’affectionne, tout autant qu’un livre de Mireille Calmel, car l’on y retrouve des femmes fortes, des intrigues, des batailles, des histoires d’amour compliquées, tout cela valsant à travers l’Histoire elle-même.

La Chine Médiévale y est sublime et terrible à la fois ; les riches toujours plus riches et les pauvres survivant plus qu’autre chose. Les guerres permettent quand à elles de s’approprier un territoire toujours plus grand et d’utiliser les esclaves dans la construction d’édifice toujours plus nombreux, grands et grandioses, dans lesquels ils auront plus de chance d’y laisser la vie que d’y poser les pieds pour les admirer.

Ce sont des livres que j’ai eu la chance de trouver sur des brocantes à tout petit prix, et je ne regrette pas mes achats. C’est déjà la deuxième fois que je relie cette trilogie, pour savoir si je la gardais ou non, et elle reste donc dans ma bibliothèque, sans hésitation !

Je vous conseille de lire auparavant une autre trilogie de José Frèche : Le Disque de Jade.

 

Une suite de livres : Le Disque de Jade

 

Une trilogie de José Frèches, qui vous emmène sur La Route de la Soie, en compagnie du célèbre marchand Lubuweï et Zhaoji, et sa quête des chevaux célestes ; Poisson d’Or, Zheng et Rosée Printanière vont grandir ensemble puis trouver leur chemin à travers des destinées chaotiques ; et ils finiront tous leur vie dans le dernier tome, en des bad et happy end.

La trilogie se compose de « Les Chevaux Célestes « . Lubuweï va mettre la main sur le fameux Disque de Jade qui promet de grandes choses à celui qui le possède : gloire, richesse, longue vie. Il annonce également l’arrivée du Nouvel Empereur Jaune. Le Royaume de Qin connaît une pénurie sans précédent de chevaux, ce qui l’empêche non seulement de conquérir de nouveaux territoires, mais il prend le risque de perdre tout ce qu’il a déjà. La réputation du marchand de chevaux le précèdera et le mènera vers une vie à laquelle il rêvait mais n’espérait pas.

« Poisson d’Or » voit ici la naissance de 3 personnages importants : Poisson d’Or, le fils adoptif de Lubuweï ; Rosée Printanière, la fille du Préfet Li ; et Zheng, le futur empereur. Tous ensemble, ils vont avoir la chance de grandir dans l’aisance et la tranquillité du Palais Impérial, jusqu’à ce que la jalousie prenne le pas sur l’amitié. Chacun tente de tirer son épingle du jeu à travers ce trio de bambins en passe de devenir adultes.

Pour finir, « Les Îles Immortelles » va donner une fin à chacun des personnages du livres, toutes plus espérées et inattendues les unes que les autres.

C’est le genre d’histoire que j’affectionne, tout autant qu’un livre de Mireille Calmel, car l’on y retrouve des femmes fortes, des intrigues, des batailles, des histoires d’amour compliquées, tout cela valsant à travers l’Histoire elle-même.

On y découvre surtout la mégalomanie sans limite d’un Empereur qui va profondément changer l’Histoire de Chine, en y laissant littéralement son nom dans la pierre, en continuant la construction de la Grande Muraille, en restructurant tous les plans du territoire impérial, en prolongeant ses frontières et en rêvant même, un jour, d’atteindre l’immortalité elle-même !

Une trilogie découverte par hasard sur une brocante, que je ne regrette pas d’avoir lu et qui a trouvé sa place définitive dans ma bibliothèque !